Comprendre. Apprendre. Surprendre.

Ma vie trépidante et mon oeuvre qui l'est tout autant

16 mai 2009

Article sixième. « A la musique ».

Classé dans : Non classé — ritip0k @ 20:23

Je ne me fie qu’au fil de ma vie, qu’Athropos ose névroser mon agonie.

Je file avec envie dans les méandres de la nuit. Rose, suie, je m’adonne à la prosodie des vibrations sur bois verni, mes yeux fermés à double tour et dont j’avais perdu la clé. Je me lance dans une lithurgie où l’orgie de mes doigts oublie sa sclérose et glisse le long des fils de l’instrument. Une pause s’imposait, mais de l’imposante contrebasse jaillit un son guttural, multiple et unique, écho de lui-même, et me voici transcendée sur la portée, entre les notes et les silences.

Do. Alpha abyssal, suspendu et suspendant, inachevé.

. Lux dans la nox, équinoxe d’espoir.

Mi. Joie éphémère de l’enfant insatiable, insaisissable.

Fa. Edelweiss de papier, origami faiblesse, plume dans le vent.

Sol. Scoliose étranglée, voile, attente.

La. Paradis caché dans la voix de l’autre, épicuriste.

Si. Négation, rupture de l’inconscient, violente faille.

Et je jongle entre les lignes, et mes mains courent de fil en aiguille, telles des anguilles ; et chaque son arraché à l’intarrissable meurt dans l’instant, apothéose, soulageant l’humaine oppression de ses pulsions sadiques. La symphonie devient grandiose, les larmes-fleuves écumantes rongent une peau déjà écorchée. Tout n’est que souffrance, le temps, comme le reste, n’existe plus. Seule demeure la musique, serpent résonnant et dodelinant dans l’immensité du vide. J’ouvre les yeux avec avoir éructé la clé dans un crachat de sang.

Je suis enfin moi.

 

sosoceleste |
Le Libre Air |
wackgilles |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Chevalier de la Rose
| Roman d'Emmanuel Crozet
| roleplay